Conscience et développement personnel

28nov

Conscience et développement personnel

12 minutes

  • Mis à jour le 9 août 2019.

Je vous présente la 4e et dernière partie de l'introduction à la conscience.

Quel est le rapport entre la conscience et le développement personnel ?

 

La science permet d'expliquer aujourd'hui, des choses que nous savions depuis des milliers d'années. Le fonctionnement du cerveau, le rôle des hormones, le fonctionnement du corps de manière générale. Elle a encore des limites par son champ d'action : le physicalisme.

La philosophie s'interroge sur la condition humaine, la fameuse question « qui suis-je ? ».

Nous avons tous des versions, et aucune vérité formelle entre toutes les théories, courants de pensées et autres doctrines.

A propos de la spiritualité, chacun a une idée bien précise de ce qu'elle représente. Et quand bien même nous n'en aurions aucune idée, la vie peut se dérouler sans y prêter attention. Dans quelles circonstances ou conditions, c'est une autre question.

Quelqu'un peut ne pas être dans la spiritualité et le devenir par la suite. L'inverse existe également.

L'âme existe-t-elle ? Gardons les origines du sens pour avoir une idée plus simplifiée de l'âme. Vient du latin « anĭma » (« vent », « air », « souffle »). Notre conscience est-elle notre âme ? L'âme est un principe de vie.

 

 

Par définition, la conscience informatique créé par l'intelligence artificielle n'a pas d'âme.

 

 

 

A) Définitions.

Le développement personnel, parle de la personne, l'individu : « Moi ». Individu comme indivision, ne cherchez plus à séparer l'esprit du corps, sa conscience ou son âme. C'est le « Moi », et ne fait qu'un !

 

Développement personnel, c'est aussi : « développement » car il faut la conscience du départ et l'objectif d'arrivée.

La définition est très large, on y retrouve les notions de :

- Grandir, croître, progresser, prendre de l'importance et de l'ampleur.

- Se développer c'est aussi se multiplier, proliférer.

- Economie : amélioration qualitative et durable d'une économie.

- Photographie : Opération qui transforme une image latente en image visible.

Vous comprenez mieux ce qu'est le développement personnel maintenant.

 

Quels que soient vos avis sur les questions précédentes, tout est une histoire de perceptions.

C'est bien cette notion de perception qui est primordiale !

 

 

 

B) Vérités.

Nous avons tous une vérité à laquelle on croit.

Cela en fait-il une vérité absolue ? A mon sens, la vérité absolue n'existe pas, sinon cela voudrait dire que l'ensemble des êtres doués de conscience pouvant statuer sur une vérité, seraient absolument tous du même avis. C'est clairement utopique.

Etes-vous sceptiques comme Pyrrhon ?

 

Il y a plusieurs vérités. La vérité vraie serait-elle celle qui est crue par le plus grand nombre de gens ?

Nous pouvons écrire que beaucoup d'ignorance n'a jamais fait la vérité !

De choisir qui détient la vérité absolue revient à juger. Une attitude que l'on doit écarter en développement personnel.

Le jugement, nuit à votre épanouissement !

Pourquoi ?

 

 

Parce que personnellement, la vérité des autres est à l'extérieur de vous, et vous éloigne de votre objectif intérieur.

 

D'un autre point de vue, je pourrais aussi dire qu'il n'y a qu'une vérité. Pourquoi ?

Si la vérité, était le bonheur, dans le sens où chaque être humain, agit dans un but global de bonheur, que la grande trame de son existence est d'être heureux. Bien entendu, à ce mot « bonheur » nous allons pouvoir y associer approximativement 7 milliards de définitions : une par habitant de cette Terre.

Au lieu de penser dans ce cas qu'il y a 7 milliards de vérités, nous dirons qu'il n'y en a qu'une, nous l'appelons « bonheur », et chacun a sa définition de cette vérité !

 

 

C) Perceptions.

Les vérités et croyances que nous détenons, que nous considérons souvent comme « absolues » sont le fruit d'un mécanisme de pensées très personnel, influencé par nos expériences passées, qui ont été enregistrées par des événements et nos perceptions du monde. Ce sont nos paradigmes !

 

 

Nos perceptions viennent de nos 5 sens extérorécepteurs et par extension, de nos 5 sens intérorécepteurs.

-           Vue, ouïe, toucher, odorat, goût.

-           Proprioception, équilibrioception (mécanorécepteurs) et thermoception, nociception (somesthésie), en fin l'écholocalisation.

 

Si nous élevons notre conscience, nous élevons nos seuils de perceptions. Comme accéder à une dimension au-delà de nos perceptions. Une sorte de conscience supérieure. Certains l'appellent la « supraconscience ».

La perception est l'essence de notre être.

La conscience est la magie de notre être.

 

C'est avec la conscience que nous allons pouvoir modifier nos perceptions !

 

Ainsi, c'est en modifiant nos pensées que par les sentiments nous agirons sur notre corps.

Nous sommes conditionnés à vivre à travers nos cinq sens.

 

 

D) Sens.

Les sensations et les perceptions, ce sont nos manières de vibrer qui changent. Nous pouvons être triste ou joyeux, passer d'un état à un autre. C'est nous qui décidons.

Nous ne pouvons pas faire les deux en même temps !

« Je me sens bien », c'est être dans une vibration positive.

Vous attirez à vous ce qui vibre sur la même fréquence. Le positif appelle le positif, et inversement.

 

 

Comme tout a un sens et son contraire (notre monde de dualité), la perception que nous avons est essentielle.

Par exemple, vous êtes en voiture. Si quelqu'un vous coupe la route, vous êtes fâché n'est-ce pas ? Cela veut dire que l'autre peut changer (souvent sans sa propre volonté) votre état d'être ?

« Si vous laissez ce qu'il se passe en vous, être déterminé par quelqu'un d'autre, c'est la pire forme d'esclavage. »

 

Il y a un haut et un bas… pour vous. Sur Terre, les gens aux antipodes auront un haut et bas différent du votre. Quand vous comprenez cela, vous restez maître de votre intérieur. Vous devez être bien quoi qu'il arrive à l'extérieur.

Présentez face à vous une feuille à plat avec écrit le chiffre « 6 ». La personne en face verra certainement le chiffre « 9 », la différence entre les deux sera la perception que chacun a de la feuille.

Celui qui verra aussi le chiffre « 6 », aura probablement fait l'effort de se mettre à la place de son interlocuteur. Il aura changé de point de vue pour mieux comprendre l'autre.

Faites la différence entre intérieur de vous, et événements extérieurs à vous.

 

Quand vous voyez quelqu'un, il est où ?

Votre perception de sa présence se fait par vos sens. D'une certaine manière, il est à l'intérieur de vous. Parce que c'est en vous que vous ressentez et analysez ce qui est en train d'arriver.

Tout ce que vous expérimentez se passe en vous.

La lumière et l'obscurité, le chaud et le froid, l'amour et la haine, le bonheur et la tristesse.

Qui doit déterminer ce qu'il se passe en vous ?

Nous appelons cela, rester « maître de soi-même ». En opposition à la forme d'esclavage si vous laissez quelqu'un ou quelque chose modifier votre état.

 

 

E) Croyances.

Elles sont inscrites dans notre cerveau, par la programmation que nous avons fait de nos neurones. Les liaisons synaptiques que nous avons élaborées et surtout que nous continuons d'entretenir. Voyez cela comme des routes que nous rénovons et entretenons quand elles sont souvent employées, et à l'inverse, qui sont abandonnées lorsque plus aucune information n'y passe.

« Croyez et vos croyances créeront les faits. »

 

 

Plus vous croyez et plus vous changez, plus vous rejoignez vos croyances.

C'est une des facettes de la programmation neuronale.

 

Il y a deux notions que j'aborderai ultérieurement, que je souhaite formuler maintenant car elles ont le mérite d'exister.

La conscience sociologique et ce que nous nommons « l'inconscient collectif ».

Il faut prendre conscience, que ces deux notions entrent en ligne de compte dans notre système de croyance.

Comme j'écrivais que la conscience est illimitée, nous pouvons mieux comprendre cette notion de conscience collective, qui est l'inconscient collectif, car nous n'en avons que parfois conscience. Le reste du temps c'est de l'inconscience par définition.

 

F) Attitude.

La façon dont vous pensez, vous vous sentez et vous vous comportez s'appelle l'attitude.

Nous sommes les seuls à pouvoir changer notre attitude.

 

 

L'Univers repose sur plusieurs lois, dont la loi des polarités, des opposés :

- Gauche, droite.

- Ying, yang.

- Haut, bas.

- Chaud, froid.

- Plus, moins.

Vous ne pouvez penser que d'une seule manière à la fois. Vous devez donc entraîner votre esprit à penser positif, c'est meilleur pour la santé. Il y a du bon dans toute chose, il n'y a rien qui soit mauvais.

Parfois le positif ne se voit pas, il existe pourtant. Un aspect négatif peut cacher un négatif encore plus important, ainsi il devient plus positif que l'on ne le pensait.

Il y a du positif et du négatif en toute chose pour qu'elle puisse exister.

Il y a du positif et du négatif qui arrive dans notre esprit, c'est à nous de filtrer et garder la version qui nous arrange, celle que nous pouvons définir comme positive.

Le positif appelle le positif. Penser ainsi nous apportera d'autres idées positives.

C'est donc votre attitude qui va faire de vous, ce que vous êtes.

 

 

Imaginez que vous ayez une calculatrice. Si vous utilisez tout le temps le signe « + » entre les nombres, cela fini par devenir un réflexe. Les chiffres qui arriveront à vous par la suite seront additionnés naturellement.

C'est pareil avec votre esprit. Les expériences arrivent à vous comme ces nombres, et vous les prenez avec le « + », c'est-à-dire positivement.

 

 

G) Image de soi.

Avoir une bonne image de soi est essentiel.

Elle est peut-être liée à l'image physique (c'est souvent le cas chez la plupart des personnes), alors qu'elle est totalement différente.

Notre image de nous-même est à apprécier avec notre conscience et nos valeurs.

« Si vous n'en savez pas suffisamment sur vous, vous n'avez pas toutes les informations pour avoir une idée juste de votre image de vous-même. »

 

 

Vous manqueriez de conscience de vous-même !

 

C'est la psychocybernétique.

Le docteur Maxwell Maltz, chirurgien esthétique et auteur américain (1889-1975) est le créateur de la psychocybernétique.

« Vous avez en vous le pouvoir des choses qui vous semblent impossibles. Ce pouvoir devient possible dès que vous changez vos croyances ».

Il faut mettre en place un mécanisme de succès.

« Peu importe l'image que vous avez de vous-même aujourd'hui, vous pouvez toujours l'améliorer. »

 

H) Niveaux de conscience.

Il existe différents niveaux de conscience.

Conscience, vibration, fréquence, c'est la même chose.

Nous nous trouvons à un niveau de conscience, non pas parce que nous le voulons. C'est parce que souvent nous ne savons pas comment en changer.

 

« L'abondance de l'ignorance, en fait la décadence de la conscience. »

Autrement dit, moins nous en savons sur nous, et plus nous affirmons notre déclin de conscience.

Tout en bas de l'échelle de conscience, il y a l'animal domestique par exemple. Il a une conscience, il n'en sait pas plus.

 

 

Plus les gens sont haut dans cette échelle et plus nous avons envie d'être avec eux. Ceux qui sont agréables, nous ne pouvons pas nécessairement déterminer pourquoi, nous sommes bien en leur présence.

Ils ont appris à « être », à rester équilibrés en toutes circonstances.

L'éveil de la conscience amène à des facultés supérieures :

- Raison

- Mémoire

- Perception

- Volonté

- Intuition

- Imagination

 

L'esprit a le plus grand pouvoir, c'est le plus grand créateur.

 

 

I) Concentration.

La concentration c'est l'action de garder son esprit sur un sujet en particulier.

C'est avec la concentration que vous garderez votre conscience focalisée sur un point ou une émotion voulue.

 

Votre conscience peut à vos ordres se déplacer d'une émotion à l'autre. Il suffit de penser à un souvenir associé. Votre corps ne fera pas la différence entre réalité ou pensée de l'esprit.

Pour se l'imager, nous pouvons penser à la roue des émotions, créée par Robert Plutchik (1927-2006), professeur et psychologue américain.

 

 

C'est de l'entraînement à avoir avec votre conscience. Penser à du positif. Pensez le côté positif de la situation pour attirer plus de positif à vous.

 

De plus, la concentration est un atout majeur dans notre monde de distraction. Une bonne concentration c'est aussi bien se connaître.

Il est essentiel de savoir se concentrer sur une chose à la fois pendant 45 à 60 minutes, et de pouvoir rester focalisé sur son but principal. L'énergie dirigée autre part représente une perte à long terme.

 

J) Volonté.

Les bonnes décisions se font quand on est dans une bonne énergie, dans de bonnes émotions.

Ne réfléchissez pas quand vous êtes fatigués par exemple. Soit, vous changez d'état d'esprit et n'êtes plus fatigué, soit, vous vous reposez et vous réfléchirez plus tard.

 

 

La volonté est la faculté de se donner à soi-même la possibilité de passer à l'action en rapport à une décision.

La volonté représente la mince frontière entre votre être intérieur et l'action que vous allez entreprendre pour créer votre décision.

« Quand on veut, on peut », c'est faux !

Dans de nombreux cas, la volonté est insuffisante.

Le subconscient nous dit comment être (mentalement et physiquement).

C'est la visualisation qui communique avec le subconscient. Visualisez consciemment pour reprogrammer votre état d'être et surtout votre état de bien-être.

On parlera de réalité parallèle, de rêve conscient.

 

La volonté est une chose, l'action sera la manifestation de votre volonté.

Seuls les résultats comptent.

« Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. » [Alfred de Musset]

Vous pouvez avoir les meilleures idées du monde, si elles restent des idées, vous n'en saurez rien.

Il est plus facile d'oublier des regrets, que d'oublier des remords. Ce qui veut dire que vous pourrez oublier plus facilement des choses qui ne se sont pas passées comme vous le souhaitiez, que des choses que vous n'avez pas faites, car vous ne saurez jamais si cela aurait fonctionné ou pas.

« C'est au contact d'autrui que l'homme apprend ce qu'il sait. » [Euripide]

 

K) Conclusion

Pour être en pleine conscience il ne faut pas penser.

Le cerveau, le mental c'est en quelque sorte notre ego.

« Je pense donc je suis », c'est faux.

Descartes l'écrivait dans le sens où le fait de penser, est la certitude d'exister, donc d'avoir une conscience. L'état d'être c'est justement quand on ne pense pas, quand on lâche le mental.

« Je ne pense pas, donc je suis. »

Je médite, je suis concentré sur moi-même, à l'écoute de mes sens, de mon corps, de mon environnement. Par exemple, le smartphone est un anti-conscience !

 

Pour finir, cette citation riche de sens :

« La conscience est une substance qui engendre la circonstance de la présence de ton existence. »