Conscience et spiritualité

26nov

Conscience et spiritualité

7 minutes

  • Mis à jour le 26 juillet 2019.

C'est la 3e partie de l'Introduction à la conscience : découvrez la première partie en suivant ce lien. (introduction-a-la-conscience,blog)

 

« Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes ; mais la vision de la justice est le plaisir de Dieu seul. » [Arthur Rimbaud]

 

Une notion importante pour faire la différence entre la spiritualité et la religion.

Définition de la religion :

- Ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l'homme avec le sacré.

- Philosophiquement, la religion est soit comme relation entre Dieu et l'homme, soit comme croyance en une chose dont l'existence n'est pas prouvée.

 

La définition de la spiritualité :

- Qualité de ce qui est esprit, de ce qui est dégagé de toute matérialité : La spiritualité de l'âme ou de la poésie par exemple.

- Ce qui concerne la doctrine ou la vie centrée sur Dieu et les choses spirituelles.

 

Je ne rentre pas dans la partie religieuse de la définition. A mon sens la religion a certainement été créée par les hommes pour les rassembler.

Je vois qu'aujourd'hui, elle a généralement tendance à les diviser.

 

 

A) Divergences de croyances.

Quelques principes du bouddhisme et de l'hindouisme.

En bouddhisme, il y a cinq agrégats (Skandhas) pour constituer le « moi ».

Il y a un constituant physique (rūpa-kāya) et quatre mentaux (nāma-kāya)

Matière, forme, Rūpa

Les sensations, Vedanā

Les perceptions, Samjñā

Les formations volitionnelles, Samskāra

La conscience, Vijñāna, qui est à la base d'une croyance en la dualité sujet/objet.

 

D'autre part, nous avons la croyance hindoue d'Âtman. Ce terme a le sens de pure conscience d'être ou de pur « je suis », et désigne traditionnellement le vrai Soi, par opposition à l'ego (ahaṃkāra).

En opposition on a Anātman qui est un concept bouddhique d'impersonnalité.

 

Vous comprenez que par ces deux exemples de croyances spirituelles, il y a tout et son contraire, c'est un exemple des différentes réalités de chacun.

Toutes les croyances sont respectables.

 

 

B) L'Occasionnalisme.

L'occasionnalisme, c'est exactement l'inverse du « physicalisme », cette notion abordée dans la première partie « conscience et science ».

Les occasionnalistes partent du principe que tout ce qui se passe dans notre monde est l'acte de Dieu.

Si je lève le bras, si la pluie tombe ou si vous lisez cet article, c'est Dieu qui l'a décidé !

Les occasionnalistes contrent les matérialistes. Ces derniers prétendent que les mouvements du corps ne peuvent pas être dicté par l'âme car elle-même n'est pas physique.

Les occasionnalistes bannissent aussi la loi de « cause à effet », car on part du principe que ce n'est qu'une succession de causes qui ont un effet produit par le divin.

Une notion importante est que nos mouvements ainsi occasionnés par Dieu, pourront être réalisés parce que nous lui en avons fait la demande par notre pensée.

Notre schéma d'action passe par Dieu : Volonté à Dieu à Mouvement.

 

 

C) Parallélisme et panpsychisme.

Le parallélisme apparaît la première fois avec le philosophe Leibniz (1646-1716). Quel est le rapport avec la spiritualité me demanderez-vous ?

Le parallélisme découle du « panpsychisme », une conception selon laquelle l'esprit est un aspect fondamental du monde, qui se déploierai dans tout l'Univers.

Panpsychisme vient de « pan » (partout) et « psychê » (esprit, âme).

Le panpsychisme désigne plus spécifiquement l'attribution d'une forme de conscience à toute entité fondamentale.

La boucle est bouclée !

Si nous repartons dans l'autre sens :

Le panpsychisme découle du parallélisme qui vient lui-même de l'occasionnalisme. Ce qui se traduit par l'esprit égal Dieu.

 

 

D) Dieu et l'esprit.

Que vous croyez en Dieu ou pas, pourquoi j'arrive à la hâte à la conclusion de l'esprit égal Dieu ?

Si nous nous élevons à tout ce que je viens d'avancer, en reprenant les deux premières parties des articles sur la conscience, donc, que ce soit en sciences ou en philosophie, beaucoup de choses s'accordent à penser :

Cette conscience que nous avons est infinie.

Infinie parce que nous n'en connaissons pas la fin.

 

Prenons cet exemple : j'affirme que notre esprit est plus rapide que la lumière. En une fraction de seconde nous pouvons nous retrouver dans un souvenir à l'autre bout de la Terre, ou même imaginer que nous sommes sur Mars, alors que la lumière mettrait entre 3'20 et 4'06 pour l'atteindre en fonction de leurs positions respectives.

Comment comparer ces deux vitesses ?

La lumière a des propriétés physiques, l'esprit non.

 

 

E) Eveil spirituel.

Voyez cela comme la métaphore avec l'éveil du matin, quand vous quittez votre sommeil. Certains sont réveillés en un instant. D'autres auront besoin de plus de temps.

C'est surtout cette notion d'évolution qu'il faut avoir à l'esprit.

Les notions d'éveil spirituel que je vais partager avec vous ne sont pas absolues, et vous n'êtes pas en mode, 0 ou 1. Il y a plusieurs degrés de perception pour chaque point que je vais vous présenter.

Tout le monde s'éveille spirituellement, chaque jour, à sa manière et à son rythme. Vous n'êtes peut-être pas encore conscient de votre éveil. Pour cette raison, l'éveil spirituel peut aussi être appelé « éveil de conscience ».

 

Voici ce qui caractérise un éveil spirituel :

- Prise de conscience de vos anciennes croyances et comportements à réviser. Vous vous rendez compte de fausses croyances à votre encontre.

- Ressentir le besoin d'être seul car vous ne comprenez plus vos anciennes relations. Les personnes évoluent à différentes vitesses, vous vous séparerez de personnes et en rencontrerez d'autres qui vous correspondent mieux.

- Ne plus supporter les choses superficielles et qui sont dénuées de sens profond. Vos relations, ce que vous voyez à la télévision, au travail, dans vos activités et aussi vos anciennes sources de plaisir.

- Hypersensibilité dans vos sens non physiques (intuition, imagination, créativité, inspiration, etc.) Vous sentez et ressentez plus.

- Augmentation des synchronicités et des signes d'encouragements à évoluer. Les plus sceptiques diront que ce sont des coïncidences, en tout cas vous avez le mérite de les remarquer, et c'est déjà une preuve d'éveil.

- L'envie de faire le bien et de vous occuper des autres. Empathie et plaisir accru en le faisant. Cela devient une nouvelle source de bonheur.

- Prise de conscience avec la nourriture. Vous changez votre alimentation. Par le végétarisme, ne plus boire ou diminuer l'alcool, manger moins de sucre, moins de sel, etc.

- Augmentation de l'intérêt pour la nature et les animaux. Vous ressentez davantage le besoin de cette connexion.

 

 

F) La pyramide de Maslow.

Je l'appelle aussi la pyramide de la conscience.

Nous reviendrons sur les niveaux de conscience dans la quatrième partie : conscience et développement personnel.

Identifiez-vous sur la pyramide, car c'est une forme de prise de conscience.

En montant dans la pyramide, nous élevons notre conscience.

Bien entendu, nous ne restons pas fixés à un certain niveau dans la pyramide. Nous pouvons évoluer tout au long de la journée par exemple. C'est toutefois un moyen intéressant pour se rendre compte où se situent vos besoins le plus fréquemment. Du bas, vers le haut :

a) Besoins physiologiques (respiration, faim, soif, sexualité, sommeil, élimination).

b) Besoins de sécurité (environnement stable et prévisible, sans anxiété ni crise).

c) Besoins d'appartenance et d'amour (affection des autres).

d) Besoins d'estime (confiance et respect de soi, reconnaissance et appréciation des autres).

e) Besoin d'accomplissement de soi (équilibre, haut niveau de conscience).

 

 

G) L'âme

Pour rappel, âme vient du latin « anĭma » (« vent », « air », « souffle »).

 

Sa définition : Esprit, air, respiration, souffle. L'âme est un principe de vie.

C'est le siège de l'activité psychique et des états de conscience de quelqu'un. L'ensemble des dispositions intellectuelles, morales, affectives qui forment son individualité, son « moi profond » ; esprit, intellect, cœur, conscience.

Exemple : Connaître l'âme humaine. Avoir l'âme d'un poète.

 

En synthèse aux trois premières parties de la conscience :

Dans la conscience scientifique, l'âme n'existe pas (physicalisme).

Dans la conscience philosophique, l'âme est certaine (dualisme).

Dans la conscience spirituelle, la conscience c'est l'âme (panpsychisme).

 

Peut-on parler du rôle de l'âme dans les vies antérieures et la réincarnation ?

C'est un autre sujet, sachez que certains y croient et d'autres non.

Nous parlons aussi de la notion de karma, certainement pour un autre article.

 

 

H) Citations d'Albert Einstein à propos de Dieu.

« Le hasard c'est Dieu qui se promène incognito. »

« Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde. »

« Définissez-moi d'abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j'y crois. »

 

« L'introduction à la conscience » verra sa fin dans la 4e partie, « conscience et développement personnel. »